Début de page

L'accès au service que vous demandez nécessite d'être authentifié. L'authentification sera conservée jusqu'à demande de déconnexion de votre part, via le bouton "se déconnecter".

Alias oublié ? Mot de passe oublié ?

Si vous n'avez pas d'alias, vous pouvez créer votre compte.

Éditions photolittéraires – éditeurs spécialisés


La parution d’ouvrages photolitéraires est fortement liée à l’histoire de l’édition. Souvent ce sont les éditeurs qui, par intérêt pour l’ouvrage photoillustré, vont inciter la collaboration entre écrivains et photographes.


Dans l’histoire de l’intégration de l’illustration photographique dans le texte (revue et livre), la première étape consistait à copier par gravure les clichés, puis dans un second temps parurent des ouvrages (surtout au format livre) avec des épreuves contrecollés sur les pages. En France l’éditeur Blankart-Evrard se spécialise dans ce domaine, mais on constate l’absence de fiction illustrée : toutes les photographies représentent des monuments ou des œuvres d’art.


Dans les années 1880, l’invention de la similigravure permet enfin d’intégrer les photographies au sein des livres, mais le coût élevé du procédé pour obtenir des impressions en bonne qualité effrayera encore longtemps les éditeurs. Bruges-la-Morte le premier livre de fiction photoillustré, où la photographie joue un rôle comme actant dans l’histoire, restera incompris à l’époque.


Au tournant du XXe siècle, plusieurs revues utiliseront uniquement l’illustration « d’après nature » (comme il était d’usage de nommer les illustrations photographiques) en tant qu’atout éditorial (les vues pittoresques et les jolies femmes en assurent le succès) ; il s’agissait avant tout de revues littéraires (p.ex.: La Grande Vie, L’Algérie artistique et littéraire).


Des concours furent ouverts par les éditeurs Charles Mendel et Nilsson/Per Lamm, appelant les photographes à illustrer un roman de leur choix. Les romans alors illustrés étant pour la plupart de dates antérieures, un contact entre l’auteur et son photographe-illustrateur n’avait vraisemblablement pas lieu, et l’on peut supposer que les éditeurs engageaient des photographes sans que l’auteur puisse intervenir.


Deux de ces maisons d’édition parisiennes se spécialisèrent dans le roman illustré de photographies : Offenstadt et Nilsson proposèrent entre 1897 et 1906 plus de soixante titres répartis dans six collections. L’esthétique pittoresque et la mise en page sont identiques à celles des revues. C’est dans cette collection que paraît La Dame turque de Jean Lorrain, ou En Bombe de Willy.


La collection « La voie merveilleuse » des éditions Nilsson/Per Lam


Au deuxième tiers du XXe siècle, à l’époque où se répand l’esthétique des photoreportages, les photos publiées en albums accompagnées d’un texte (en préface ou intégré) d’un écrivain consacré rencontrent un grand succès, plusieurs éditeurs s’y spécialisent, comme La Guilde du Livre.


Dans les années 1980 la collection « Écrit sur l’image » dirigée par Alain Bergala, aux éditions de l’Étoile/Cahiers de cinéma, va inaugurer un nouveau type de livre photoillustré qui veut rompre avec la tradition française de la « belle image ». Plusieurs ouvrages-clés parurent dans cette collection.



N°1. DEPARDON, Raymond, Correspondance new-yorkaise, (textes et photographies). BERGALA, Alain, Les Absences du photographe, 1981.

N°2. CHEVRIER, Jean-François, Proust et la photographie, avec des photographies de Pierre de Fenoyl et Holger Trülzsch, 1982.

N°3. ROCHE, Denis, La Disparition des lucioles : réflexions sur l’acte photographique, 1982.

N°4. MORA, Gilles ; NORI, Claude, Lété dernier. Manifeste photobiographique, 1983.

N°5. DEPARDON, Raymond, Le Désert américain, avant-propos par Serge Toubiana, 1983.

N°6. CALLE, Sophie, Suite Vénitienne, Jean Baudrillard, Please follow Me,  1983.

N°7. GAUMY, Jean, Les Incarcérés (photographies); LARDEAU, Yann, L’Utopie pénitentiaire. Précédés des Carnets de Jean Gaumy, 1983.

N°8. KLOTZ, Claude; ZACHMANN, Patrick, Madonna !, 1983.

N°9. CRESSOLE, Michel, Quest ce quils ont de plus que nous ? LAMBOURS, Xavier, Ciné-Monde, 1983.

N°10. CALLE, Sophie, L’Hôtel [texte et photographies], 1984.

N°11. ELKOURY, Fouad, Beyrouth aller-retour [textes et photographies],  avec la collaboration de Brigitte Legars, 1984.

 


Les éditions de Minuit font paraître également à cette époque les « nouveaux romans-photos »


1981 : Edward Lachman et Elieba Levine, Chaussetrappes, éd. Minuit

1983 : Plissart-Peeters, Fugues, éd. Minuit

1985 : Plissart-Peeters, Droit de regards, éd. Minuit

1985 : Plissart-Peeters, Prague, un mariage blanc, édition Autrement

1986 : Plissart-Peeters, Le Mauvais Œil, éd. Minuit

1993 : Plissart-Peeters, Aujourd’hui, éditions Arboris

 


Le Point du Jour lance sa série « Carnets de voyage » entre 1995-2000:


N1. Texte : Francois Bon, image : Jérome Schlomoff, Il vit seul dans la ville morte, 1995.

N2. Texte : Alain Lecher, image : Christophe Bourgedieu, On ne dit pas que c’est une île, 1995.

N3. Texte : Hubert Colas, image : Didier Ben Loulou, Je suis du jour, 1996.

N4. Texte : Michel Butor, image : Denis Roche, L’Embarquement pour Mercure, 1997.

N5. Texte : Pacio Ignacio Taibo II, image : Antoine d’Agata, De mala muerte, 1998.

N6. Texte : Jean Rolin, image : Jean Christian Bourcart, C’était juste cinq heures du soir, 1998.

N7. Texte : Jacques Serena, image : Raymond Macherel, Et pendant qu’il la regarde, 1998.

N8. Texte : Emmanuel Darley, image : Djan Seylan, Ici l’inconnu, 1998.

N9. Texte : Frédéric Fajardie, image : Dolorès Marat, Le Boulevard maritime, 2000.

N10. Texte : Régis Jauffret, image : Paolo Pellegrin, L’Au-delà est là, 2000.

N11. Texte : Sélim Nassib, image : Laure Vasconi,  Faux Frère, 2000.

N12. Texte : Nicolas Kieffer, image : Christopher Taylor, A Contre-cœur, 2000.


Au tournant du XXIe siècle l’intérêt pour la photographie voit une croissance qui démultiplie les éditions photoillustrés. Le coût de la publication de photographie sur papier en bonne qualité ne fait plus obstacle, et les publications numériques favorisent même le genre. La possibilité de publier de manière rentable en petite quantité (sur papier) et à faible coup en numérique va faire naître de nouvelles éditions chez des petits éditeurs.


 


Éditeurs contemporains spécialisés dans la fiction photoillustrés ou ayant des collections qui entrent dans cet optique (la liste n’est pas exhaustive) :


Les éditions le Temps qu’il fait


Fata Morgana


Traits et portraits collection présentant des autoportraits multimédiatiques, dirigée par Colette Fellous chez Mercure de France


« Le Grand Os », spécialisé dans l’édition de livres d’artiste et de livres mêlant la poésie et la photographie.


L’édition lancée par François Bon www.publie.net publie entre autres des ouvrages photoillustrés (voir notamment la collection « les beaux livres »)


(Gy. PAL)