Début de page

L'accès au service que vous demandez nécessite d'être authentifié. L'authentification sera conservée jusqu'à demande de déconnexion de votre part, via le bouton "se déconnecter".

Alias oublié ? Mot de passe oublié ?

Si vous n'avez pas d'alias, vous pouvez créer votre compte.

Magron, L’Élixir du R. P. Gaucher, texte d’Alphonse Daudet, édition critique par Paul Edwards, Paris, Ouphopo, 2011.


Incunables de la photolittérature : une collection d’ouvrages pionniers réédités en fac-similé, chacun augmenté d’un appareil critique. Parmi les livres illustrés au xixe siècle, avec de vraies épreuves photographiques contrecollées, ou avec des reproductions luxueuses en phototypie ou en photogravure, figurent des contes et des nouvelles, des poèmes et des romans. La photolittérature est née.


Naturalistes ou symbolistes, théâtrales ou décoratives, les photographies qui accompagnent ces textes sont parfois des illustrations, parfois des réinterprétations de l’œuvre littéraire. Bien des générations avant les productions surréalistes ou le roman-photo du milieu du xxe siècle, des écrivains et des photographes, des éditeurs et des imprimeurs ont pris l’initiative d’inaugurer et de promouvoir l’illustration photographique de la littérature, croyant à chaque fois qu’ils étaient les premiers à le faire. La série que l’Ouphopo propose permettra de lire cette production rétrospectivement, comme une tradition, ce qui n’avait jamais été fait auparavant. Il s’agit de livres « uniques », ou extrêmement rares, jamais réédités, du moins jamais avec leur composante visuelle. L’esthétique et l’intérêt littéraire conditionnent le choix des ouvrages à intégrer à la série. À terme, paraîtront des ouvrages anglais et américains.


Les stars de la production française sont Henri Magron, Gervais-Courtellemont, E. Lagrange, ainsi que des photographes anonymes. On y trouve des romans décadents, des pastiches, des romans policiers et des romans de cirque, des contes coloniaux et des contes orientaux, des légendes normandes, des histoires d’adultère, des mémoires de femmes de chambre ou de courtisanes, des romans féministes ou anti-féministes, des romans d’anticipation, des nouvelles médiévales ou du xviiie siècle, et des romans mettant en scène le photographe – héros, martyr et polichinelle de la société moderne.


Fac-similés critiques : la fabrication est soignée, respectant dans la mesure du possible la matérialité de l’édition originale, et le format varie d’un ouvrage à l’autre. Un appareil critique met en valeur l’ouvrage tout en expliquant sa place dans l’histoire de l’édition photolittéraire. Le tout premier livre à éditer était évidemment L’Élixir du R. P. Gaucher de Daudet, illustré par Magron en 1889/1890, une édition fabriquée à la main à trente exemplaires, ouvrage mythique s’il en est, dont nous avons pu localiser un exemplaire après vingt ans de recherche


(texte de la quatrième de couverture)


Bon de Commande