Début de page

L'accès au service que vous demandez nécessite d'être authentifié. L'authentification sera conservée jusqu'à demande de déconnexion de votre part, via le bouton "se déconnecter".

Alias oublié ? Mot de passe oublié ?

Si vous n'avez pas d'alias, vous pouvez créer votre compte.

Littérature de jeunesse


desharme parana doisneau grand_meulnes ylla


Nous retrouvons la photographie dans maintes œuvres destinées à la jeunesse.


Ces œuvres semblent suivre la même évolution que l’illustration en général, allant d’une relation littérale d’illustration unissant l’image au texte à des dispositifs plus complexes. Ainsi en 1955, le livre pour compter de Robert Doisneau, 1,2,3,4,5, (Lausanne, édition Clairefontaine, 1955) met en scène une vision idyllique de la campagne avec à chaque page des petits animaux (chatons, cannetons, etc.) à compter, tandis qu’en 2000 Tout un monde (Paris, éd. Thierry Magnier, 2000), le livre de Katy Couprie et Antonin Louchard, construit un récit visuel sans texte avec parfois des photos abstraites déformées, présentant des raccords qui restent énigmatiques, restituant « tout un monde » dans le désordre de sa pluralité fragmentaire.


Dans les livres destinés aux enfants, on retrouve toutes les techniques utilisées pour illustrer les œuvres littéraires. Par exemple, le Livre en image (Bilderbuch) de Hannah Höch (Berlin, The Green Box, 2008 – réédition à partir du livre de 1945) contient des photomontages qui jouent entre la figuration et l’abstraction. Mais les livres de Tana Hoban, comme Les couleurs et des choses (Paris, L’école des loisirs, 1994) et Que vois-tu ? (Paris, Kaléidoscope, 2003) sont des livres-dispositifs impliquant la participation du lecteur. Dans Que vois-tu ?, certaines pages interstices sont trouées, ce sont des pages fenêtres qui ne laissent entrevoir qu’une partie de la photographie se trouvant derrière. Il faut donc deviner avant de regarder de quoi il s’agit en tournant la page. La découverte intensifie alors le plaisir de la lecture.


Il faut noter toutefois, que l’apparition de nouveaux livres-dispositifs ne fait pas disparaître les illustrations littérales qui suivent le texte à la lettre.


Voir la recherche de thèse à propos de ce sujet sur Miniphlit.


Listes des œuvres répertoriées sur PHLIT :